Page d'accueil
Nous connaître Année Marie Balavenne Mars 2016 Août 2017

Français | English | Español
Identifiez-vous

Marie Balavenne et des jeunes de banlieue parisienne.


Les Paroisses de Bagneux, dans le 92ème arrondissement de Paris, se sont proposé de faire découvrir une vie de communauté chrétienne à des jeunes de 11, 12 ans, en collège, en organisant des rencontres tous les quinze jours, avant la messe du dimanche. Trente-trois jeunes se sont inscrits à ces rencontres. Au premier trimestre ils ont pu aborder divers thèmes à travers des textes bibliques et découvrir plusieurs témoins : saint François en lien avec le festival local de la Fraternité, sainte Thérèse de l’enfant Jésus en vue d’un pèlerinage de jeunes à Lisieux, sainte Geneviève à l’occasion d’une quinzaine de prière diocésaine dans la paroisse. Et pourquoi pas Marie Balavenne ? Le défi a été relevé !

Le diaporama proposé par le groupe " Jeunes Vocations " de la Province France est donné à voir à ces jeunes d’origine multiculturelle très diverse. Comment allaient-ils réagir ? Après un instant de  silence, nous nous sommes rendu compte qu’ils étaient pris par l’histoire… Le texte soulignait que Marie Balavenne ne savait ni lire ni écrire, qu’elle n’avait pas été à l’école mais travaillait aux champs comme c’était l’habitude pour les pauvres des campagnes à cette époque. Au moment où il est question pour Marie de rédiger son testament, l’un d’eux de s’exclamer : " Comment a-t-elle pu faire son testament puisqu’elle ne savait ni lire ni écrire ? ". Remarque très judicieuse qui nous montrait qu’ils étaient entrés dans la vie de Marie Balavenne et de ses sœurs. A la fin du visionnement, il leur a été distribué le tract sur Marie Balavenne, tract qui accompagne le diaporama. " Mais, c’est la même histoire ! C’est ce qu’on vient de voir ! ". Et moi, Juliette,  de répondre : " Oui, c’est la même histoire mais vécue aujourd’hui, puisque ce tract est fait de photos actuelles. Et Françoise et moi, nous faisons partie de cette grande Famille. "

A la relecture qu’ils ont faite une quinzaine de jours plus tard, voici quelques réflexions recueillies : " - Ça nous a fait voir comment beaucoup d’enfants des campagnes vivaient à cette époque-là en Bretagne : ils n’allaient pas à l’école, ils travaillaient jeunes, ils avaient une vie dure…  - Comme Marie Balavenne ne savait ni lire, ni écrire, elle leur a appris ce qu’elle savait faire : tricoter, s’occuper des autres. - Elle était ouverte, elle voyait ce qui se passait autour d’elle : il y avait beaucoup de misère. - Elle a fait jusqu’au bout ce qu’elle avait commencé : éduquer des enfants, s’occuper des autres. - Elle aimait prier. - Nous aimerions en savoir davantage… "

Les animatrices ont apprécié ce diaporama autant que les jeunes et ont ainsi découvert les commencements de notre congrégation.

Juliette et Françoise, FSE – Publié le 17/01/2017



Filles du Saint-Esprit 15 bd. Sebastopol 35101 Rennes Cedex 2 France

Mentions legales popup