Page d'accueil
Actualité

Français | English | Español
Identifiez-vous

Notre vie à l’Université Catholique Veritas d'Abuja. Nigeria


Reste prodigieux l’appel qu'avait adressé notre Vice-provinciale, Monica Anyi, le 9 septembre 2014, à Grace Abah, à Justina Akudo et à moi-même, Patience Effiong, FSE, de reprendre nos cours à l'Université Catholique Veritas d'Abuja ! Dès que nous avions entrepris le voyage vers Abuja, nous étions remplies de joie à l'idée de reprendre nos études. Nous étions trois sœurs sur 16 à bénéficier d’une bourse scolaire de l'ASEC (Education Collaborative des  Sœurs Africaines). Nous remercions Dieu et sommes reconnaissantes à l'ASEC ainsi qu'à notre congrégation pour cette immense opportunité.

Pour nous préparer au programme principal de la Fondation, nous avions rejoint, durant deux mois, d'autres étudiants de ce programme. Pendant cette période, nous avons étudié les matières que nous avions choisies et avons passé les examens écrits que nous avons réussis. Nous avons commencé notre programme formel de premier degré le 22 novembre 2014.

Vivre ensemble. Initialement, nous vivions au foyer de l'école comme des Sœurs étudiantes. Tous les jours, nous tentions de vivre l'Evangile du Christ et le charisme des Filles du Saint Esprit dans notre nouvelle situation de vie communautaire. Nous avions eu notre assemblée générale de Vice-province avant cette reprise de nos études et nous avions choisi notre orientation pour l’année 2014/2015 : " Enracinées dans l'amour de la Trinité ". Entre nous, à Abuja, nous échangions sur les possibilités de vivre cette orientation et partagions nos cours. Nous faisions nos prières communautaires et prenions des temps de recueillement... A l'Université nous participions, avec nos camarades étudiants, aux programmes religieux et académiques.

Ensemble, le 2 février 2015 (jour de la vie consacrée), nous avions renouvelé nos vœux à l’aumônerie, conjointement avec d'autres congrégations : grand impact en nous pour cette année de la vie consacrée ! Le jour de Pentecôte, notre principale fête, nous y avions également renouvelé notre engagement… Chacune de nous s’était impliquée, à l’aumônerie, dans une fraternité telle la Légion de Marie, le Renouveau charismatique catholique ou la chorale. 

Dans notre foyer, nous célébrons nos anniversaires comme nous le faisions en communautés. Les liens entre nous nous permettaient d’avancer malgré le stress de notre travail académique, de nous retrouver pour partager nos expériences, renforcer et affermir les dons des unes et des autres, de nous réconcilier quand un malentendu survenait. Notre entente était due au fait que nous nous supportions respectivement les unes les autres. Grâce à notre mode de vie simple, il nous a été possible de découvrir les enfants du village voisin, " Zuma 11 ", qui sont devenus nos amis. Notre étroite relation avec eux les a progressivement amenés à venir prier de temps à autre avec nous. Nous étions très touchées par les petites attentions qu’ils avaient à notre égard, les petits cadeaux tels des arachides, un beau sourire… Ils nous ont également amenées à rencontrer leurs parents et leurs familles. Ce que nous avions commencé comme une simple conversation amicale avec eux, nous a conduites à la mise en place d'une liturgie pour eux tous les dimanches, à deux endroits différents : Saint Gabriel et Anthony Zuma 11. Nous avons maintenant, approximativement, 200 enfants auxquels nous donnons des cours. Les parents apprécient les services que nous avons mis en place et… le nombre d'enfants ne cesse d'augmenter !

Au fil du temps, nous sommes passées de trois à cinq Sœurs avec l'arrivée de sœur Rita Oye et sœur Mercy Aghahowa qui toutes deux se sont adaptées à notre vie communautaire et à notre apostolat avec les enfants. La vie n'est pas si simple dans un environnement académique et nous faisons face à des défis dans différents domaines d'étude… Notre unité et notre foi nous aident à affronter des situations difficiles. Jour après jour, nous prenons conscience de plus en plus de l’aspect fondamental de notre envoi dans ce lieu. Nous sommes profondément reconnaissantes envers notre congrégation, l'ASEC et l'Université Veritas, institution d'apprentissage basée sur la foi, où nous continuons notre formation tout en aidant d'autres. Jusqu’à présent notre expérience nous a été très bénéfique en tant qu'étudiantes et en tant que religieuses, étudiant au mieux et trouvant un certain équilibre à notre mode de vie.

Effiong Patience, Abah Grace, Akubo Justina, Aghahowa Mercy et Oye Rita Filles du Saint Esprit. Publié le 3 mai 2018.



Filles du Saint-Esprit 15 bd. Sebastopol 35101 Rennes Cedex 2 France

Mentions legales popup