Page d'accueil
Justice & Solidarité Justice, Non-violence, intégrité de la création

Français | English | Español
Identifiez-vous

Refus de la misère


La journée mondiale du refus de la misère est célébrée chaque année le 17 octobre. A Saint-Brieuc, France (en Bretagne), le samedi 20 octobre, une cinquantaine de marcheurs de diverses Associations a pris la direction de la place des Droits de l’homme, en plein centre-ville, à travers rues, ponts et travaux. Partis d’Emmaüs -salle de vente d’objets recyclés par des personnes en voie de réinsertion de l’Association "Emmaüs" créée par l’Abbé Pierre- par un bel après-midi ensoleillé, tout au long d’une heure d’un parcours sécurisé par la police, les marcheurs brandissaient des banderoles et avançaient allègrement au rythme d’un djembé

Arrivés place des Droits de l’homme qu’entourent la Mairie, la préfecture, la cathédrale et le Centre Communal d’Action Sociale, les marcheurs sont accueillis par un orchestre composé de jeunes enfants de CM2, de l’école de La Vallée : leur musique superbement scandée, ajoutait couleur aux banderoles déposées au pied de la Dalle scellée dans cette place en l’honneur des victimes de la misère, copie de celle du Parvis des Libertés et des Droits de l’homme, place du Trocadéro, à Paris.

" Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l’homme sont violés. S’unir pour les faire respecter est un devoir sacré. " P. Joseph Wresinski (1917-1988), prêtre français fondateur du Mouvement des droits de l'homme ATD Quart Monde, initiateur de la lutte contre l'illettrisme. C’est dans l’espace de cette inscription de la Dalle que se sont déroulés des carrefours publics autour de 3 tables :  - le regard des autres qui enferme, - la solitude qui emprisonne, - et l’aide qui parfois entrave la liberté, 3 sujets d’échanges provenant d’expressions de ceux qui vivent dans la pauvreté, la détresse, le manque de tout : nourriture, logement, amitié… Moments impressionnants où nous étions invités à partager ce qui permet d’éviter à quiconque ces maux, alors que se trouvaient parmi nous des personnes qui les subissent… tel ce beau jeune homme vivant à la rue, dressé sur un banc, nous contant sans arrogance comment des gens auxquels ils voulaient seulement adresser un bonjour, s’en sont écartés en le traitant de mendiant…, telle cette autre personne encapuchonnée, faisant vivement remarquer d’être renvoyée de poste en poste pour des recours sans fin remis en attente…, telle encore une autre que la malvoyance ferait entrer dans une solitude si une voisine ne lui portait attention !

Prenant la parole, Madame Le Diouron, Maire de la ville, s'est engagée dans la lutte contre la misère à la suite de ce tout ce qui se fait déjà dans l'agglomération.

Riche après-midi de rencontres où qui que nous soyons et quelles que soient nos conditions de vie, nous nous trouvions tous ensemble interpellés pour faire tomber des comportements qui pèsent sur ceux qui vivent dans la détresse ! Et si seulement le modeste témoignage de quelqu'un qui en est sorti -que j’ai eu la chance d’entendre- faisait naître, au cœur de ceux qui se trouvent dans le malheur, un doux soleil d’espérance...

Marie-Thérèse Héliès dans l’échange avec Jeanne Landuré. Plusieurs autres Filles du Saint-Esprit étaient présentes - Publié le 22 octobre 2018



Filles du Saint-Esprit 15 bd. Sebastopol 35101 Rennes Cedex 2 France

Mentions legales popup