Page d'accueil
Actualité

Français | English | Español
Identifiez-vous

Christy : "ange" sauvé


En cette période difficile que notre pays traverse, la vie peut être insurmontable, particulièrement pour une famille modeste ! C’est ce que connaît la famille D...  pour qui la vie est un combat constant entre les fins de mois difficiles et la frustration de ne pas voir d’amélioration : ils sont pauvres et ne bénéficient que de très peu d'aide. Madame D, la mère de Christy, a été victime d'un terrible accident de la route sur la voie express Ibadan/Lagos il y a de cela quelques années. Toutes les victimes ont été transportées à l'hôpital de Lagos pour y être soignées. La mère de Christy a été dans le coma pendant trois jours ; à son réveil, la première chose qu'elle a demandé : savoir où était son bébé. Les gens autour d'elle pensaient qu'elle hallucinait, mais devant son insistance, trois jours après, ils sont retourné sur le lieu de l'accident et ont trouvé un bébé recouvert de terre, de mouches et de fourmis mais, toujours en vie… Christy a été transportée dans le même hôpital que sa maman, a subi une petite opération et, grâce à Dieu, elle a survécu. Malheureusement la mère de Chrity décédait quelques mois plus tard de la suite de ses blessures. Christy a été alors confiée au soin de sa grand-mère paternelle déjà très âgée, à Ipetu-Ijesa dans la région d'Oriade dans l'Etat d'Osun.

Vers le mois de décembre 2017, sa tante maternelle, la soeur ainée de sa maman, est venue de Lagos et a convaincu la grand-mère de permettre à Christy de la suivre afin de lui offrir plus d'attention et une meilleure éducation. C'est à ces mots que la grand-mère, bien qu'âgée, a accepté que Christy soit remise au soin de sa tante. C’était, d'une certaine manière, un nouvel espoir…. mais de courte durée : Christy était devenue esclave et objet de tortures de sa nouvelle famille. Les conditions de vie dans lesquelles elle vivait étaient devenues tellement insupportables que la jeune fille, qui avait alors tout juste dix ans, n’a trouvé d’autre solution que de fuir cette maison, marchant, errant d'un endroit à l'autre, seule dans un monde solitaire.

Christy a été retrouvée quelque temps plus tard, alors qu'elle pleurait de faim et de soif sur le bord de la route, par un Nigérian bien intentionné. Le cycliste qui l’a trouvée l’a déposée à la Croix Rouge Internationnale qui elle-même l'a conduite au “Hope Children home” (maison des enfants sans abri) à Ijako dans l'Etat de Ogun. Le 21 mai 2018, j'ai reçu un coup de téléphone de la responsable de la Fondation “Hope Chidren“ me disant qu'elle hébergeait, depuis 6 mois, une fille de dix ans et que malgré toutes les démarches entreprises pour retrouver sa famille, personne n'était venu la réclamer. La responsable m’a appris que la jeune fille, la veille -le 20 mai-, lui avait dit que, dans son rêve, sa mère lui avait indiqué le lieu de son origine. La responsable m’a donné l'adresse et nous a demandé de l'aider dans la recherche de ce lieu.

Nous sommes donc parties le 25 mai 2018 à la recherche du village. Nous sommes allées dans différentes fermes et sommes finalement arrivées au bon endroit. Nous avons interrogé les personnes présentes. Une fois la maison trouvée ainsi que des membres de la famille nous avons contacté la responsable de la Fondation et envoyé notre rapport au Ministère des Affaires de la Femme de Abeokuta où chaque membre de la famille a été invité à témoigner. Le dossier a alors été renvoyé devant la Cour à trois reprises : aucun membre de la famille ne se sentait prêt à assumer la responsabilité de Christy. La Cour a donc décidé que le père de Christy, Mr D., en très mauvaise santé, sans argent, dans l'impossibilité de trouver les moyens nécessaires de subsistance, ne pouvait également prendre soin de Christy.

Compte tenu de la décision de la Cour et de la déclaration faite par la responsable de la Fondation “Hope Children“ mentionnant qu'aucun membre de la famille n’était venu réclamer Christy, la Cour a déclaré que l'enfant pouvait être présenté à l’adoption par le Ministère après un séjour d'un mois à la Fondation. C'est à ce point précis que moi, Soeur Elizabeth Kehinde, considérant que l'enfant risquait de perdre son identité si présenté à l'adoption par le Ministère, et après avoir consulté ma Vice-Provinciale, Soeur Monica Anyi, que nous, Filles du Saint-Esprit, avons décidé de prendre en charge Christy et avons demandé au Centre de réhabilitation-développement St Mary de Ipetu-Modu de se porter garant de l'enfant jusqu'à ce qu'elle puisse prendre sa vie en main, décider par elle-même de son avenir, de la possibilité de rejoindre sa famille. Cette demande a été présentée à la Cour lors de la quatrième audience qui s'est déroulée le 4 septembre 2018. Ce jour-là, l'oncle de Christy, le Pasteur D., était présent ; à la question de savoir s’il pouvait s’occuper de Christy il a répondu “non”. La Cour m’a remis, ce jour-là, -et à nous, Filles du Saint-Esprit, avec le consentement de ma Vice-Provinciale, Christy, au nom du Centre de réhabilitation-développement St Mary de Ipetu-Modu.

Les procédures judiciaires ont été traitées et le tribunal nous a confié la garde de Christy. Nous espérons que cette nouvelle étape marquera un tournant pour Christy. La pauvreté, la cruauté et l'indifférence ont touché la vie de cet enfant. Désormais la gentillesse, les faveurs, la grâce et l'amour vont prendre le dessus. Nous espérons que beaucoup de jeunes, à l’exemple de Christy, pourront trouver, à travers la solidarité de Nigérians enthousiastes, les secours dont ils auraient besoin.

Soeur Elizabeth Kehinde, FSE, Coordinatrice du Centre. Publié le 24/10/2018

Photo : troisième, de gauche à droite, la petite Christy posant avec Soeur Elizabeth Kehinde (FSE) et deux membres du personnel du Centre de réadaptation St Mary, à Ipetu-Modu.

 



Filles du Saint-Esprit 15 bd. Sebastopol 35101 Rennes Cedex 2 France

Mentions legales popup