Page d'accueil
Actualité

Français | English | Español
Identifiez-vous

Pape François : des points forts…


Il y a des moments qui traversent nos vies et prennent parfois une tournure inattendue. Un de ces moments s’est présenté pour moi, il y a 6 ans, le 13 mars 2013, le jour où le Pape François a été élu Pape de l'église Catholique romaine mondiale. Le Conclave des cardinaux s’était réuni à Rome pour choisir un successeur au Pape Benoît qui, à son âge, avait fait le choix de démissionner, événement inattendu lui aussi ! Le deuxième moment a été celui que je viens de vivre durant ce mois d’octobre 2019, grâce à mon ordinateur : le synode sur l'Amazonie.

Ce jour du 13 mars 2013, la fumée blanche qui s'échappait de la cheminée de la Chapelle Sixtine indiquait que le Conclave avait élu un Pape. Des centaines de personnes s’étaient précipitées sur la place Saint Pierre pour le voir apparaître... Originaire d'Argentine, il est le premier Pape venant de l'hémisphère sud et probablement le premier Pape à avoir, durant ses six premières années de vie papale, voyagé aux quatre coins du monde lui donnant ainsi, incontestablement, un statut mondial !

A l'instant même où je l'avais vu, j'avais ressenti qu'il était très humble. Les paroles qu’il avait adressé à la foule de la place saint Pierre, étaient des paroles d'aveu de son statut d'"outsider" et des paroles d’une libre reconnaissance pour son célèbre prédécesseur Saint François d'Assise dont il avait choisi le nom en devenant Pape. Il avait alors déclaré : " Je voudrais tout d'abord offrir une prière pour le Pape Benoît. Prions ensemble pour lui. " Et il avait ajouté : " Avant que le "Pape" (parlant de lui-même) ne bénisse le peuple, je vous demande de prier le Seigneur afin qu'il me bénisse... Faisons alors cette prière pour moi, et je vous donnerai ma bénédiction, ainsi qu'au monde entier, à tous les hommes et à toutes les femmes de bonne volonté. " Depuis le début de sa papauté, son humilité est évidente et sa décision de vivre à la résidence Sainte-Marthe plutôt qu'au Vatican, nous montre clairement le choix d'une vie faite de simplicité.

Quand le Pape François donne sa définition de l'Eglise, la réponse est, une fois de plus, inattendue. Il dit : " Je préfère une église accidentée, blessée et sale pour être sortie par les chemins, plutôt qu'une église malade parce que confinée et s'accrochant à sa propre sécurité. Mon vœu le plus cher est que nous soyons touchés par la peur de rester enfermés au sein de structures nous donnant une sensation erronée de la sécurité "(Evangelii Gaudium). Le Pape François envisage une Eglise missionnaire, une Eglise ouvrant grande ses portes, invitant les gens à entrer, mais aussi invitant chacun de nous à sortir et à porter la bonne nouvelle de Jésus-Christ au monde. Il peut être tentant pour nous chrétiens de demeurer en sécurité à l'intérieur de nos paroisses et de nos églises. Cependant le Christ lui-même nous appelle aussi à " aller dans toutes les nations " et à la rencontre d'un monde qui souffre. Le Pape François nous rappelle cet esprit évangélique et nous pousse à être une Eglise missionnaire, une Eglise aux portes grande ouvertes accueillant les affamés, nous rappelant que Jésus ne se lasse jamais de nous dire : " Donnez-leur vous-mêmes à manger." (Marc : 6,37)

Durant les six années qui se sont écoulées depuis son l'élection, le Pape François s'est concentré sur tous les aspects du peuple de Dieu. Sa première approche était une lettre adressée aux hommes et aux femmes consacrés en préparation de l'année dédiée à la Vie Consacrée où il écrivait : " En vous appelant, Dieu vous dit : Vous avez de la valeur à mes yeux, je vous aime, je compte sur vous. Comprendre et entendre cela est le secret de notre joie ". Le Pape François attire notre attention sur le fondement spirituel de notre humanité, de voir ce qui nous a été donné gratuitement par une libre souveraineté divine et une libre réponse humaine. Jésus dit au jeune homme riche " Va, vends ce que tu possèdes et donnes aux pauvres et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, et suis-moi ". (Mat. 10,21).

Le Pape François dans ‘Evangelii Gaudium’ dit : " Je souhaite encourager les fidèles chrétiens à inaugurer un nouveau chapitre d'évangélisation marqué par le secret de notre joie, tout en recherchant de nouvelles voies pour la bonne marche de l'Eglise pour les années à venir. "  Il est intéressant de découvrir que les habitants du Royaume-Uni sont actuellement impliqués dans cette nouvelle évangélisation.

Lorsqu'il avait convoqué le Concile Vatican II, le Pape Jean XXIII avait déclaré avoir prié pour qu'une nouvelle Pentecôte se produise. Les 16 documents produits par ce Concile ont abordé de nombreux aspects de la vie du peuple de Dieu. Peut-être avons-nous besoin aujourd'hui d'une nouvelle Pentecôte pour nous aider à évangéliser le monde, un monde si proche de nous, à portée de main grâce à la rapidité avec laquelle les voyages se font. Nous n'avons pas eu de nouvelle Pentecôte mais quand le Pape François demande de rechercher de nouvelles voies pour la bonne marche de l'Eglise peut-être pense-il à un autre Concile ? Les églises Pentecôtistes sont actuellement les églises ayant une des plus fortes croissances dans le monde : 40% des églises en Amazonie sont Pentecôtistes.

Le deuxième moment dont j'ai fait l'expérience a été la rencontre du Synode sur l'Amazonie, qui a eu lieu à Rome durant ce mois d'octobre, mois du rosaire. Le Pape François a écrit une lettre encyclique Laudato Si' sur " la sauvegarde de la maison commune ". Les cris toujours désespérés de la terre et de ses pauvres nous arrivent de l'Amazonie. Le dimanche à l'Angelus, le Pape a déclaré, au cours de son allocution de clôture du synode : " Après ces trois semaines, nous ne pouvons pas prétendre ne pas avoir entendu ". Pendant le synode, les participants ont réfléchi à la manière d'ouvrir de nouvelles voies pour l'évangélisation. Nous nous sommes sentis poussés à sortir en mer, à quitter les rivages confortables, nos havres de sécurité pour entrer en pleine mer dans les eaux profondes où l'Esprit nous invite à jeter nos filets. Les participants du synode ont écrit " Dieu nous a donné la Terre en cadeau, comme une mission, pour en prendre soin et en répondre. Prendre soin de la Terre nécessite une écologie intégrale qui relie les attentions que nous voulons porter à la nature et aux personnes les plus pauvres, les plus désavantagées de la terre ".

Enfin, à l'image du Christ, le Pape François est plein de miséricorde envers tous les peuples et il ne condamnera jamais personne, parce qu'il dit toujours : " Dieu est miséricordieux ".

Soeur Josephine Egan, FSE, Province EIW. Publié le 11 novembre 2019.



Filles du Saint-Esprit 15 bd. Sebastopol 35101 Rennes Cedex 2 France

Mentions legales popup