Page d'accueil
Nous connaître

Français | English | Español
Identifiez-vous

Renée Burel, 3ème centenaire.
1 : Plérin, le 20 juin 1720


Ce 19 juin 2020, nous faisons mémoire de celle qui, la première d’entre nous toutes, Filles du Saint-Esprit, a " rendu son âme à Dieu son Créateur ", le 19 juin 1720, voilà exactement 300 ans : Renée Burel.

Renée : une jeune femme pleine de dynamisme, entreprenante, qui avait tout donné, d’elle-même et de ses biens, à la " petite maison " du Légué -Le Légué, port de commerce, de pêche, situé en Bretagne, France, entre les villes de Saint-Brieuc et Plérin-, et à " celles que Dieu lui avait associées pour le soin des pauvres et de l’école " : ses chères sœurs Marie Balavenne et Charlotte Corbel, et son adjointe dévouée, Mauricette Majol. Elles sont là toutes les trois, ce jeudi 20 juin 1720, dans l’église de Plérin, avec la famille de sang de Renée : ses frères Pierre et Michel, sa sœur Jeanne et son époux François Chattel. " et plusieurs autres ".  

Il devait avoir le cœur bien lourd, le jeune Recteur de Plérin, René-Jean Allenou de la Ville Angevin, 33 ans, qui présidait la cérémonie des obsèques. Les yeux encore pleins de ce dont il avait été témoin, quelque trois semaines auparavant, dans la Maison de la Charité du Légué : une jeune femme de 38 ans, en pleine lucidité, déjà atteinte par la maladie, " montrant toutes les marques de piété " au moment de recevoir les sacrements de pénitence, eucharistie et extrême onction.

" Honorable fille Renée Burel, Sœur du Tiers-Ordre de Saint-François et l’une des sœurs de la Charité de cette paroisse ", âgée d’environ 39 ans, ayant reçu les sacrements de pénitence, eucharistie et extrême-onction, et donné toutes les marques de piété qui conviennent à une personne mourante, décéda le 19 juin 1720 dans la maison de la charité au Légué. Et son corps fut inhumé le 20 dans le cimetière de céans* vis-à-vis le grand portail et principale entrée de l’église. La cérémonie fut faite par moi, soussignant, en présence d’honorables gens Pierre et Michel Burel, François Chattel, Marie Balavenne, Charlotte Corbel, Mauricette Majol et plusieurs autres (Signé) : P. Burel, Jeanne Burel, François Chatel, Michel Burel, René-Jean Allenou, Recteur de Plérin. "     *de ce lieu : Plérin

Ce 20 juin, à l’issue de la cérémonie, on inhuma le corps dans le cimetière, selon le testament de Renée, signé le jour de la Pentecôte 1718, confirmé une première fois le 8 décembre 1718, puis de nouveau 4 semaines avant sa mort, le 22 mai 1720 : " Je donne mon âme à Dieu mon Créateur, et mon corps à la terre sainte, pour être inhumé dans le cimetière de Plérin, dans le lieu qu’il plaira choisir à celles que Dieu m’a associées pour le soin des pauvres et de l’école, et que j’honore comme mes Sœurs ".

C’est " vis-à-vis le grand portail et principale entrée de l’église " que son corps fut inhumé.

Devant ce tombeau, les cœurs s’interrogent : Renée, si déterminée à faire vivre leur Maison de Charité, la voilà en terre, morte. Elle qui avait discerné avec tant de soin " les desseins de Dieu " sur elle, qui avait tout donné pour leur réalisation, pourquoi faut-il qu’elle en soit si vite dépossédée. Quel combat intérieur eut-elle à mener pour remettre totalement sa vie à Dieu, et laisser à d’autres le soin de l’avenir et des projets qui se profilaient. Et au fond du cœur de celles qui restaient, des pensées diverses : Où veux-Tu nous mener, Seigneur ?

Qui pouvait prévoir, au soir des obsèques de Renée Burel, ce qu’il adviendrait de ce petit groupe de trois femmes pleurant leur Sœur, pleines de chagrin et d’incertitude ?

A suivre…

Les membres de la Famille Spirituelle sont invités à relire avec profit l’étude parue dans le NEWS n°75 de novembre 2019 sous la plume de Angèle Blanchard.

Sœur Anne-Marie Tromeur - Service des Archives FSE - Publié le 4 juin 2020  



Filles du Saint-Esprit 15 bd. Sebastopol 35101 Rennes Cedex 2 France

Mentions legales popup