Page d'accueil
Justice et solidarité

Français | English | Español
Identifiez-vous

Accueil d’une famille Irakienne à Poligny


Depuis de longs mois, une équipe de Poligny -ville du Jura, département de l'est de la France où se trouve une communauté de Filles du Saint-Esprit- a préparé minutieusement la venue en France d’une famille de réfugiés. Cette famille de chrétiens Irakiens, réfugiée au Liban depuis plus de 7 ans, était attendue dans le cadre des Couloirs Humanitaires. (Les Couloirs humanitaires -ou corridors- sont nés en Italie en 2015, en réaction à la multiplication des naufrages en Méditerranée. En plus de l’Italie, la France, la Belgique et la principauté d’Andorre ont mis en place de telles opérations. Ce sont des voies légales et sûres de migration utilisant le Droit existant et permettant aux plus vulnérables d'y avoir recours).

La famille est arrivée à l’aéroport de Roissy, France, samedi 17 octobre : Roni, le papa, Hamsa, la maman et Elia leur fils de 10 ans faisaient partie des dernières familles accueillies en France dans le cadre du protocole signé en mars 2017 entre l’Etat français et les Eglises catholique et protestantes. Cette arrivée marquait la fin de ce protocole qui a permis d’accueillir 500 personnes en France et le début d’un nouveau qui, lui, permettra d’en accueillir 300.

La famille a été accueillie par une délégation jurassienne de 4 personnes dont un traducteur. La matinée et le début de l’après-midi du dimanche 18 octobre ont été consacrés à la visite de plusieurs lieux emblématiques de Paris : le Sacré-Cœur de Montmartre avec la messe célébrée pour le 101ème anniversaire de la dédicace de cette basilique, le Trocadéro avec le Parvis des droits de l’Homme, la Tour Eiffel, les Champs Elysées…

La famille a découvert dimanche, en fin de journée, l’appartement de Poligny qui allait désormais être le sien. Cet appartement, mis à la disposition par la ville, a été préparé avec grand soin par une équipe. En raison des mesures sanitaires liées à la pandémie de Covid-19, la famille y est restée confinée pendant une semaine. Passé ce délai, ont commencé les différentes démarches administratives ainsi que les premières rencontres avec les membres du collectif ayant préparé sa venue. La mise en place du programme d’apprentissage du français, dont je fais partie, pourra ainsi débuter. Ce sont-là des moments clefs pour l’intégration et l’autonomie de cette famille espérées d’ici 18 mois.

Et parce que cet accueil et cet accompagnement ne sont que la simple mise en œuvre du service du frère, on ne peut qu’être touché par le souhait de Roni à l’égard de l’équipe de bénévoles : " J’espère seulement que l’on sera à la hauteur de vos attentes ". Qu’il en soit certain ! Leur arrivée est déjà pour tous un signe d’une fraternité vécue dont le pape François vient de nous rappeler l’urgence dans sa dernière encyclique " Fratelli tutti " (Tous frères).

Michelle Guyon, FSE. D’après un article de Bertane Poitou, chargée de la communication pour la paroisse de Poligny. Publié le 28 octobre 2020



Filles du Saint-Esprit 15 bd. Sebastopol 35101 Rennes Cedex 2 France

Mentions legales popup