Page d'accueil
Justice et solidarité

Français | English | Español
Identifiez-vous

Jour de la terre


Cette année nous célébrons le 50ème anniversaire du premier Jour de la Terre, fondé le 22 avril 1970 aux USA.

Avant ce premier Jour de la Terre, pendant des décennies, le pays était resté largement inconscient des préoccupations environnementales et des menaces de pollution sur la santé humaine. Mais la publication, en 1962, du texte de Rachel Carson, Silent Spring (Printemps Silencieux), qui exposait l'effet du pesticide DDT sur l'amincissement de la coquille des oeufs d'oiseaux, a créé un moment décisif : le livre avait été vendu à 500 000 exemplaires dans 24 pays.

Gaylord Nelson (1916 -2005), fondateur du Jour de la Terre, avait pensé à cette journée nationale consacrée à l'Environnement, après avoir vu personnellement les dégâts provoqués par une marée noire massive sur la côte de Santa Barbara en Californie quand il était Sénateur du Wisconsin en 1969. Le Sénateur avait été inspiré par les manifestations dynamiques contre la guerre et pensait que s'il pouvait générer ce même type d'énergie pour la sensibilisation du public sur l'air et l'eau, il ferait de la protection de l'environnement une priorité politique nationale. Nelson annonce donc " un enseignement national sur l'environnement " et persuade Pete McClosky, membre conservateur du Congrès, d'être son assistant. Il recrute aussi un jeune de 25 ans, de l'université de Harvard, Dick Hayes, comme coordinateur national. La date du 22 avril, entre les vacances de printemps et la fin de l'année scolaire, est choisie pour lancer le Mouvement. C’est ainsi qu’à travers tout le pays, ce jour de 1970, 20 millions d'Américains -10% de la population des Etats Unis-, se sont trouvés dans les rues, les parcs et les auditoriums pour manifester en faveur d'un environnement sain et soutenable. Comme résultat, ce premier Jour de la Terre a conduit à l'adoption des lois sur la protection des espèces en danger, de la pureté de l'air et de l'eau.

Cette année 2020, le Jour de la Terre sera différent à cause de la "distanciation sociale" que nous vivons tous, pour nous protéger du Covid-19 : l’internet va remplacer virtuellement les rencontres qui ont été supprimées.

Notre Comité Provincial de "Relation avec la création" a été fondé après le Chapitre de 1995. Depuis sa fondation, le Comité essaie de conscientiser les membres de la Famille spirituelle Filles du Saint-Esprit sur la crise écologique actuelle. Par l'utilisation de livrets, d'articles et de journées particulières sur certains aspects de la crise, nous essayons de montrer que le soin de la planète est un impératif spirituel. Cette année notre Province a adopté une position corporative sur le changement climatique qui nous engage, en tant que Corps et au niveau individuel, à répondre à cet enjeu par la prière et l’action.

Notre engagement est renforcé par "Laudato Si" du Pape François qui nous rappelle qu’ " Il y a une noblesse dans le devoir de prendre soin de la création par de petits gestes quotidiens... " (art. 211) ; que " Nous ne devons pas penser que ces efforts ne vont pas changer le monde "... (212). Ceci consonne avec notre Règle de Vie, article 10 : " Par de simples gestes ou par des engagements difficiles, nous cherchons ensemble ce nouvel ordre du monde que Dieu a inauguré en Jésus et qui doit venir au jour. "

Avec le Pape François nous pouvons nous réjouir : " Tout est lié " ! Cela nous invite à élaborer une spiritualité de la solidarité globale qui découle du Mystère de la Trinité (art. 240). Au lieu d'être un problème à résoudre, la terre est un mystère joyeux qui doit être contemplé avec joie et louange ! (art. 12)

Le comité de "Relation avec la création" des USA. Publié le  18 avril 2020.

Contact. Michele Bisaillon, membre du comité :  courriel popup 



Filles du Saint-Esprit 15 bd. Sebastopol 35101 Rennes Cedex 2 France

Mentions legales popup