Page d'accueil
EN FAMILLE INTERNATIONALE Filles du Saint Esprit Nouvelles de la Famille

Français | English | Español
Identifiez-vous

Marie-Françoise : ce que nous tenons d’elle…


Marie-Françoise Le Dreff nous a quittés le 3 décembre dernier.

" Marie-Françoise a été appelée à servir la Congrégation très jeune, comme Conseillère puis Supérieure générale, de 1966 à 1978, c'est-à-dire juste après le Concile Vatican II. Cette période, comme la nôtre aujourd'hui, est une période de profonde mutation de la société, mais aussi de l'Eglise et de la Congrégation. (…) Chacune, chacun d'entre nous, nous avons d'elle des souvenirs personnels qui vont bien au-delà du temps où elle était Conseillère ou Supérieure générale.

Qui que nous soyons, nous avons certainement été marqués par sa grande simplicité, sa disponibilité à toute épreuve, son attention discrète et respectueuse aux personnes, son attirance pour les humbles, pour les plus démunis. Tout au long de sa vie, dans sa famille, dans la Congrégation et dans son quartier de Pontanézen, Brest, Marie-Françoise a tissé des liens profonds et suscité la confiance et l'affection. Elle va nous manquer, elle nous manque déjà… ’’ -Extrait du mot d’accueil de Sr Anne-Marie Foucher lors de la célébration des obsèques de Marie-Françoise-

Voici, parmi d’autres, les extraits de trois témoignages :

* " Merci, Seigneur, de l'avoir mise sur ma route. Elle a beaucoup marqué ma vie de prêtre. Son cœur était branché à la fois sur le Christ, sur l'Église et sur le monde. Quelle ouverture à l'universel ! Son intelligence lui donnait accès aux grands esprits et son humilité lui permettait de rejoindre les plus simples et les plus petits. Dans l'élégance de la simplicité c'était une grande dame. L'Église et particulièrement l'Église qui est en Finistère perd une belle figure. ’’ -P. Jean-Pierre Henry-

* " Une femme toute en douceur, en bienveillance, en discrétion et en conviction. Une femme qui n’a jamais eu de cesse de me pousser à croire, espérer. Une femme qui savait aligner l’être, le faire et le dire dans tout ce qu’elle entreprenait.              Durant mes années de vie communautaire à Brest, Marie-Françoise a toujours accueilli avec tendresse la fougue de ma jeunesse portée par tant d’envies et de désir dans la mission à la suite de Marie Balavenne. Elle ne m’interdisait jamais de rêver, de créer, d’inventer… Elle accueillait mes doutes et mes larmes… sans jamais être déçue, sans juger.                        Elle avait l’art de montrer combien l’Esprit vibrait en chacun, combien tout est expérience et que chaque expérience agrandit le cœur. Dieu est un artisan créateur qui ne conçoit que des pièces uniques. Elle était l’une d’elles !…                               Que là où elle est, elle puisse nous donner toujours plus le goût de vivre, le goût de vivre à la manière des premières Filles du Saint Esprit… Alors notre feu intérieur, celui qu’elle a entretenu tout au long de sa vie auprès de celles et ceux qu’elle a croisés, accompagnés, portés, aimés, ce feu entretiendra le feu sacré qui donnera aux femmes et aux hommes de notre temps une signification spirituelle… ’’ -Angélina Lucazeau, ancienne FSE-

* " En ces temps où parfois nous pouvons être guettés par le découragement et une forme de désespérance, Marie-Françoise avait trouvé l’antidote en restant branchée à la fois sur la vie des gens et sur l’amour du Christ. Elle nous manque et elle nous manquera. Que, par l’action de l’Esprit Saint, tout ce qu’elle a offert et semé dans les cœurs, dans nos cœurs, puisse germer et donner du fruit dans nos vies et celles des personnes qu’elle a soutenues sans relâche. " -Extrait de l’homélie du P. André Siohan-

Ta famille, tes amis, tes Sœurs, te disent une nouvelle fois ‘’Au revoir et Merci Marie-Françoise’’

Ann Almodovar, FSE - Conseillère générale. Publié le 14 décembre 2020.

 



Filles du Saint-Esprit 15 bd. Sebastopol 35101 Rennes Cedex 2 France

Mentions legales popup